Filoche

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Filoche

Message par ledevois le Sam 17 Déc - 19:45

patron corrompu a écrit:
Mig a écrit:Finalement il n'a pas été retenu ..les fumiers ...bon ben j'irais à la "pêche" le 22 et 29 janvier Wink
Bien fait pour sa gueule, il vient de subir ce qu'il faisait subir aux patrons. lol222

De toute façon en socialie faut s’accommoder de tout sans discrimination --

ledevois


Messages : 120
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par catimini le Sam 17 Déc - 19:52

C'est pas tout ....moi aussi je filoche ....suis en  nuit .....pleurrrr
avatar

catimini


Messages : 151
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Invité le Dim 18 Déc - 8:08

patron corrompu a écrit:
Mig a écrit:Finalement il n'a pas été retenu ..les fumiers ...bon ben j'irais à la "pêche" le 22 et 29 janvier Wink
Bien fait pour sa gueule, il vient de subir ce qu'il faisait subir aux patrons. lol222
Je vois que vous l'adorez vous aussi!!! Very Happy
avatar

Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Invité le Dim 18 Déc - 8:10

Mig a écrit:
patron corrompu a écrit:J'ai eu à faire à 2 inspecteurs du travail dans ma vie professionelle, l'una tout tenté pour me pourrir la vie, il me l'avait dit directement, tous les patrons exploitent leurs salariés, heureusement que j'avais une bonne assurance juridique qui a démonté tout ce qu'il mle reprochait.
Le deuxiéme était plus pédagogique et me donnait des conseils au lieu de me pourrir, j'avais un souci sur un contrat de travail, il m'a expliqué comment le modifier.
Filoche, quand il parle des patrons me fait penser au 1er inspecteur etc'est la raison pour laquelle se mec me fait gerber.
Ben les inspecteurs c'est pour faire respecter la loi ..faut être sévère avec les "patrons corrompus"  Very Happy
Bien d'accord avec vous, mais dans certains cas, avec ceux là, ils ne sont pas sévères et préfèrent enquiquiner les autres! ATTENTION faut pas généraliser, comme le dit Patron corrompu, il y en n'a qui font très bien leur travail, sans pour autant, ne chercher qu'à couler le patron!
avatar

Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Dim 18 Déc - 10:07

pour le plaisir a écrit:
Mig a écrit:
patron corrompu a écrit:J'ai eu à faire à 2 inspecteurs du travail dans ma vie professionelle, l'una tout tenté pour me pourrir la vie, il me l'avait dit directement, tous les patrons exploitent leurs salariés, heureusement que j'avais une bonne assurance juridique qui a démonté tout ce qu'il mle reprochait.
Le deuxiéme était plus pédagogique et me donnait des conseils au lieu de me pourrir, j'avais un souci sur un contrat de travail, il m'a expliqué comment le modifier.
Filoche, quand il parle des patrons me fait penser au 1er inspecteur etc'est la raison pour laquelle se mec me fait gerber.
Ben les inspecteurs c'est pour faire respecter la loi ..faut être sévère avec les "patrons corrompus"  Very Happy
Bien d'accord avec vous, mais dans certains cas, avec ceux là, ils ne sont pas sévères et préfèrent enquiquiner les autres! ATTENTION faut pas généraliser, comme le dit Patron corrompu, il y en n'a qui font très bien leur travail, sans pour autant, ne chercher qu'à couler le patron!
C'était juste un clin d'oeil au "pseudo" Wink ...mais si le patron n'a rien à se reprocher et est honnête ..il ne risque rien non  ?
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Invité le Dim 18 Déc - 19:50

J'ai connu des inspecteurs du travail qui étaient plutôt pro patron idem chez les prudhommes si en tant que salarié vous aviez la malchance de tomber le jour ou c'était un patron le président de la séance vous étiez mort ,ou alors s'il était un ennemi du patron incriminé vous aviez une chance   Very Happy
avatar

Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Sam 28 Jan - 17:23

S'organiser

Cher (e) s ami (e) s,

Vous avez soutenu la candidature de Gérard Filoche et nous vous en remercions chaleureusement.

Le recours pour participer à la Primaire de la gauc he n’a pas abouti et nous soutenons aujourd’hui la candidature de Benoit Hamon renoncer en rien à nos convictions. Sa victoire est pressentie, la physionomie de la gauche en sera radicalement modifiée.

Une page est en train de se tourner, celle du quinquennat de François Hollande et c’est la condition du rassemblement de toute la gauche et des écologistes afin de gagner la Présidentielle.

Il nous reste un long chemin à parcourir avant d’aboutir à un accord de gouvernement entre Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Nous vous proposons de travailler à la seule chance pour la gauche de l’emporter : l’unité dès le premier tour de la présidentielle, contre la division. Sans quoi nous assisterons impuissants, au second tour, à un affrontement entre la droite et l’extrême droite, avec la certitude d’une casse sociale sans précédent.

Le 4 février nous vous invitons à une convention pour le rassemblement de la gauche, en présence de Gérard Filoche et de son équipe. La convergence des programmes étant enfin possible, il nous appartient de peser de tout notre poids pour un rapprochement, sans sectarisme, de toute la gauche et des écologistes. C’est le sens de notre engagement. Une plateforme commune s’est déjà constituée : l’appel des 100 avec #AlternativeaGauche. Il nous faut amplifier le mouvement, enrichir le débat, apporter nos solutions..

Au delà de cette bataille immédiate, il nous faut continuer à porter le social au cœur. C'est ce récit politique qui nous a rassemblé depuis 6 mois. Il parle à toutes et tous, répond aux principales attentes. Il reste entièrement d'actualité.

Nous proposons de nous organiser ensemble avec une équipe d'animation, des représentants dans les départements en nous structurant davantage. Issus d'horizons différents, aucun-e d'entre nous n'a à renoncer à ces choix. Il s'agit de nous rassembler sur ce qui est commun et fait la spécificité d'un discours qui a été porté à un niveau inégalé pendant cette campagne tant dans les médias que dans de multiples réunions et rencontres dans nos villes.

Nous vous attendons nombreux samedi 4 février à 10h au Patronage laïque : 61 rue Violet, 75015 Paris | Métro : ligne 8, station : Commerce.
Ouverture des portes à 9h30. Notre action sera décisive.[/justify]
Sans unité, rien de grand n’est possible.








Very Happy
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Lun 30 Jan - 21:20

Bonjour,
Benoît Hamon a gagné nettement la primaire. La bataille pour une candidature unique, un programme de gouvernement rose, rouge, vert doit s'amplifier pour gagner contre la droite extrême et l'extrême droite.
Nous signons et appelons à signer le plus largement possible la pétition lancée par deux groupes qui se retrouvent parmi les idées des insoumis, des communistes, des écologistes, des socialistes ou sans identité politique. Un groupe de Nanterre (étudiants autour de David Teixeira, initiateur de la pétition) et un de Lille (jeunes travailleurs et étudiants de différentes sensibilités autour de Frédéric Laroche) . Voir lien ci-dessous.
L'objectif est de parvenir à des centaines de milliers de signatures très rapidement. Faites circuler partout.
Nous discuterons de cette bataille lors de la conférence nationale du 4 février à Paris.
l'équipe de filoche2017
https://www.change.org/p/pour-une-coalition-entre-beno%C3%AEt-hamon-jean-luc-m%C3%A9lenchon-et-yannick-jadot


Very Happy
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Jeu 16 Fév - 16:33

Pour un accord Hamon-Jadot-Mélenchon
Un accord Hamon, Jadot, Mélenchon serait un signal extraordinaire dans l’histoire de la gauche en rupture de facto avec ce qu’a été le quinquennat rabougri de Hollande. Cela renverserait tous les préjugés, toutes les craintes, tous les désespoirs, toutes les résignations…
La surprise accoucherait vite d’un engouement exceptionnel. L’espoir déferlerait. Nous serions vite en tête de tous les sondages. Le trio des candidats de la corruption et de l’argent reculerait vite. La peur le Pen sera refoulée : elle existe par défaut d’une gauche attractive. Fillon sera plombé par sa corruption. Et la place tellement artificielle de Macron se verra vite.
Certains demandent « des garanties » : on les comprend il en faut. Ils ne veulent pas d’un « autre discours du Bourget ». Ils veulent une « majorité cohérente ».
Mais quelle garantie supérieure à part un programme commun de gouvernement, un accord de gouvernement, un accord de partage des circonscriptions ?
Il n’en existe aucune à part la mobilisation populaire, des comités populaires de soutien. Et pour qu’il y ait une telle mobilisation populaire, il faut commencer par gagner donc par battre LR et FN. Ce n’est jamais une défaite qui permettra cela… Une défaite serait un désastre ce serait le fameux « blitzkrieg » prôné par un Fillon vengeur, 6 ordonnances en 3 mois de l’été 17 pour casser tous nos droits sociaux et toute notre résistance. Il y a de quoi réfléchir et choisir entre ce qui est possible et ce qui serait terrible.

Donc il faut commencer par le commencement :

1°) Rédiger un programme commun de gouvernement : cela doit être facile, d’ailleurs Mélenchon ne le conteste pas, il a déclaré que les positions étaient « voisines ». Et si on les étudie bien, on le vérifie.
2°) Se mettre d’accord sur les grandes lignes de la composition de ce gouvernement correspondant au programme signé. Un gouvernement Hamon, Jadot, Laurent, Mélenchon
3°) Se mettre d’accord sur une liste partagée respectant chacune des sensibilités et partis de gauche, de 577 noms de candidats communs labellisés en soutien à ce gouvernement.
Il faut aller vite car le dépôt des candidatures est le 17 mars.
Lisez et partagez l’article de Gérard Filoche sur le Huffington Post : Ils ne peuvent l'emporter seuls, mais en s'alliant, Mélenchon et Hamon peuvent gagner la présidentielle


Very Happy
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 14 Mar - 18:44

Communiqué de Gérard Filoche

Le temps de la clarté est venu
Des personnalités issues de la gauche ou du Parti socialiste appellent au vote Macron et tournent, ainsi, le dos à la gauche.
Celles et ceux qui se réclament du Parti socialiste mais qui multiplient les déclarations contre Benoît Hamon, le candidat qui a gagné les primaires commettent un déni de démocratie ! Ils doivent se reprendre ou se démettre !
Les arguments prétendant au vote utile contre le danger Le Pen sont irresponsables ! Qui peut penser qu’un duel Le Pen - Macron au second tour soit de nature à rassembler la gauche ? Qui peut croire que notre société se partage entre extrême droite et droite néo libérale ?
Les millions de salarié.e.s, de jeunes, de retraité.e.s qui veulent un bon salaire, une bonne pension, un emploi pour leurs proches, les femmes qui veulent défendre leurs droits… sont à gauche. Ils doivent être représentés. Qu’ils soient exclus du second tour n’est, tout simplement, pas acceptable.
L’électorat de Fillon est chauffé à blanc à coup d’annonces contre les juges, radicalisé depuis des années contre l’égalité des droits, contre le mariage pour tous, encouragé à se renfermer sur des valeurs identitaires, très proche des thèses lepénistes.
La responsabilité de cette droite est écrasante dans le risque de plus en plus menaçant d’une catastrophe démocratique En aucun cas le ressort du front républicain ne fonctionnera. Contrairement aux réflexes de l’électorat de gauche aux élections régionales de Paca ou du Nord Picardie, l’électorat de droite le plus conservateur a été éduqué à ne pas choisir entre le FN et une candidature républicaine.
Toutes celles et ceux qui appellent au vote Macron en tournant le dos à la gauche prennent la responsabilité historique écrasante de faire passer Marine Le Pen. C’est irresponsable !

Il faut se rassembler contre ce scénario. J’en appelle à toute la gauche, à sa diversité. Il faut un sursaut ! Retour à gauche ! Pour battre Le Pen il faut un projet contre l’austérité, pour l’égalité !

Ce n’est pas le nivellement des retraites par le bas, la hausse de la Csg, la baisse de l’ISF et des impôts des grandes entreprises qui peut entraîner les salariés et la jeunesse à se rassembler et à s’opposer au risque Le Pen.
Assez de confusion ! Rassemblons la gauche ! Celle qui veut répondre aux urgences sociales, celle qui veut se battre contre la finance, celle qui veut stopper la course à l’abîme du réchauffement climatique, de l’épuisement des ressources naturelles, celle qui peut mobiliser une bonne partie des 32 % d’abstentionnistes, aujourd’hui comptabilisés par les sondages…
Il y a urgence avant qu’il ne soit trop tard ! Moi qui soutiens la candidature de Benoît Hamon, j’appelle Benoit Hamon et Jean Luc Mélenchon à débattre entre eux et avec Pierre Laurent comme Yannick Jadot d’un programme de gouvernement.
J’appelle Jean Christophe Cambadélis à parler clair. L’appartenance au Parti socialiste de ceux qui soutiennent Emmanuel Macron est incompatible avec les statuts de ce parti. La question du retrait de leurs investitures est posée. Le premier secrétaire du Parti socialiste doit trancher, ramener le PS à gauche et respecter le vote de plus de 2 millions de personne à la primaire : cesser de se prononcer un jour pour Hamon, un jour pour Macron.
Ensemble avec toute la gauche, les forces écologistes, citoyennes il faut débattre d’une plateforme de gouvernement avec une candidature unique à gauche à la Présidentielle et aux législatives entre tous les candidats qui refusent la loi El Khomri, toutes celles et tous ceux qui veulent un renouveau démocratique en France et en Europe, qui savent la transition écologique plus urgente que le taux de profit des multi milliardaires, des financiers et des multinationales.
Aucune divergence ne justifie la division à gauche ! Si le Front national ou la droite (Macron ou Fillon) l’emportent, leurs programmes respectifs seront balayés et leurs divergences, comme leurs convergences, seront reléguées au musée.
Contre Le Pen et Fillon, contre les apprentis sorciers du Parti socialiste qui s’allient à l’ultralibéral Alain Madelin, le temps de la clarté est venu.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 14 Mar - 18:45

Le programme d’Emmanuel Macron

En marche : à droite toute !

lundi 13 mars 2017

 

Partager |
Emmanuel Macron a fini par rendre public un programme qui n’est « ni de gauche, ni de gauche », mais bien « de droite et de droite ». Ce programme néolibéral consiste en une nouvelle série d’attaques contre le salariat, menées au nom d’une politique de l’offre, plus proche de celle de François Fillon que de celle de François Hollande.
Benoît Hamon a parfaitement raison d’affirmer « Macron et Fillon sont les représentants d’une France qui va bien ». Voilà en quelques exemples significatifs ce que signifie, concrètement, son programme économique et social, dont le président du Medef estime qu’« il va dans le bon sens ».

La fin des frais médicaux ?

Le remboursement à 100 % des lunettes et des prothèses dentaires et auditives, mesure mise en avant par Emmanuel Macron dans chacun de ses meetings, illustre parfaitement en quoi les mesures de son programme qui paraissent favorables au salariat ne sont que du vent.
Il ne s’agit pas d’un remboursement à 100 % par l’assurance maladie obligatoire, mais d’un remboursement à 100 % par l’assurance maladie ET les mutuelles.
C’est déjà possible aujourd’hui, à condition, de verser de très fortes cotisations à sa mutuelle. Macron affirme que ces tarifs n’augmenteront pas. En quoi cela changera-t-il quelque chose pour ceux et celles qui n’ont pas les moyens de se payer une protection aussi onéreuse ?
Macron ne dit rien sur le remboursement des lunettes et prothèses auditives pour les cinq millions de personnes qui bénéficient de la CMU. Son programme ne dit nulle part qu’il améliorera le « panier de soins », de très mauvaise qualité, des bénéficiaires de la CMU, particulièrement en ce qui concerne l’optique et les prothèses dentaires ou auditives.
La France compte aussi cinq millions de personnes qui n’ont pas (faute de moyens) de mutuelle alors qu’elles ne peuvent pas non plus bénéficier de la CMU. Qui remboursera leurs lunettes et leurs prothèses auditives à 100 % ?

Le pouvoir d’achat des salariés

Emmanuel Macron ne propose ni augmentation des salaires, ni « coup de pouce » au Smic, ni revalorisation du point d’indice de la Fonction publique. En revanche, il propose deux mesures qui ne coûteront rien aux entreprises puisqu’elles consistent à donner, d’une main, au salariat ce qu’il lui reprendra, de l’autre.
Supprimer les cotisations chômage et maladie des salariés. Macron estime que cette suppression permettra à un salarié qui gagne 2 200 euros nets par mois de bénéficier d’une augmentation de 42 euros par mois. En réalité, le salarié concerné devra déduire l’augmentation de sa CSG de 1,7 point (prévue par Macron en contrepartie de la suppression de ces cotisations sociales). Il ne lui restera donc plus qu’une augmentation de 21 euros par mois.
Qui financera cette mesure ? Certainement pas le capital, puisque Macron diminue tout ce qui pourrait porter atteinte à ses profits. Il ne reste donc que les retraités dont la grande majorité verra brutalement augmenter le montant de sa CSG.
Macron ignore-t-il que ces retraites permettent non seulement à ceux qui les perçoivent de vivre, mais aussi d’aider leurs enfants et leurs petits-enfants et souvent leurs propres parents, dépendants ou en maison de retraite ?
L’exonération de la taxe d’habitation. Nombre de contribuables sont déjà exonérés ou bénéficient d’un dégrèvement partiel et ne seront donc pas concernés, ou seulement partiellement concernés.
L’exonération de la taxe d’habitation signifiera un manque à gagner de 10 milliards d’euros annuels pour l’État, puisque Macron affirme que les collectivités territoriales verraient leurs pertes de recettes intégralement compensées (ce dont doute fortement, d’ailleurs, l’Association des maires de France). Comment ce manque à gagner de l’État sera-t-il financé ? Le programme d’Emmanuel Macron n’en dit pas un mot et ce mutisme est à rapprocher de son silence total sur la TVA. Ce silence est d’autant plus troublant que cet impôt représente plus de la moitié des recettes fiscales en France. Qui peut croire, une seule seconde, que Macron n’augmentera pas la TVA pour compenser les recettes que l’exonération de la taxe d’habitation aura fait perdre à l’État ?

Les retraites

Macron commence par certifier que l’on ne touchera pas aux retraites actuelles. C’est doublement faux. D’abord parce que la CSG de 60 % des retraité(e)s augmentera pour financer la suppression des cotisations chômage et maladie des actifs. Ensuite parce que le montant de très nombreuses retraites est gelé : depuis trois ans pour les retraites de base, depuis quatre ans pour les retraites complémentaires. Le programme de Macron ne prévoit, nulle part, de mettre fin à ce gel.
L’égalité devant la retraite de Macron est un nivellement par le bas. Depuis que Balladur a donné le coup d’envoi de la baisse des retraites du secteur privé en 1993, toutes les réformes n’ont fait qu’aligner vers le bas les différents régimes de retraites au nom de « l’égalité ». Alignement progressif du régime de la Fonction publique sur celui du régime de base du secteur privé, alignement progressif des régimes spéciaux (EDF, SNCF…) sur celui de la Fonction publique. Macron continue d’utiliser le même filon et veut accélérer le mouvement, en calculant les retraites de la Fonction publique et des régimes spéciaux sur les 25 meilleures années, comme dans le privé. Ce qui lui permet de recueillir les applaudissements d’Alain Madelin, le plus néolibéral des néolibéraux.
Un euro versé ouvrira les mêmes droits, affirme Macron, mais ce seront des droits à la baisse pour ceux qui devront s’aligner sur les droits des moins bien lotis. Au nom de l’« égalité », un nivellement vers le haut aurait été pourtant possible. Mais cela aurait porté préjudice aux profits des entreprises qui auraient vu augmenter le montant de leurs cotisations sociales, et cela aurait nui aux fonds de pensions qui profitent du nivellement par le bas des retraites pour proposer leur épargne-retraite à ceux qui en ont les moyens.
Contrairement à ce qu’affirme Emmanuel Macron, loin de donner confiance aux jeunes en notre système de retraite, ce nivellement par le bas ne fera qu’accroître leur méfiance.

L’assurance-chômage

Le modèle dont se réclame Emmanuel Macron est le modèle anglais. Tous ceux qui ont vu le dernier film de Ken Loach, Moi, Daniel Blake, et compris l’enfer de ce système, apprécieront.
Macron veut étatiser le système pour rendre la vie encore plus difficile aux chômeurs et les obliger à accepter n’importe quel travail « décent » (même s’il est payé 25 % de moins que leur précédent salaire !) après avoir refusé deux emplois proposés par Pôle emploi.
Emmanuel Macron se garde bien de donner la moindre précision sur le montant des allocations chômage, sur leur durée ou leur éventuelle dégressivité.
Le régime sera étendu aux « indépendants » et aux « entrepreneurs » parce que son projet a toujours été de transformer nombre de salariés en faux « entrepreneurs indépendants » afin que leurs employeurs n’aient plus à payer de cotisations sociales.

La Fonction publique

Le programme de Macron reconnaît que les services publics tiennent « une place centrale » dans la société française. Cela ne l’empêche pas de proposer une diminution de 120 000 du nombre de fonctionnaires : 50 000 dans la Fonction publique d’État et 70 000 dans la territoriale.
Il affirme ne pas vouloir remettre en question le statut de la Fonction publique, mais il propose d’embaucher des contractuels plutôt que des fonctionnaires titulaires, ce qui revient à remettre en cause ce statut. Sans doute Macron a-t-il oublié que celui-ci a pour principal objectif de garantir la neutralité des agents de l’État ou des collectivités territoriales ?

Les entreprises

Elles sont l’objet de tous les soins d’Emmanuel Macron.
Le CICE n’a pas servi à créer des emplois, il a seulement permis d’augmenter les dividendes des actionnaires. Il sera, non seulement reconduit, mais pérennisé et augmenté sous la forme d’une diminution de six points des cotisations sociales, pour atteindre dix points au niveau du Smic !
L’impôt sur les sociétés, déjà troué de 70 milliards de niches fiscales annuelles, verra son taux diminuer de 33,3 à 25 %. Le prétexte est d’aligner l’IS sur la moyenne européenne. Quand on sait que l’impôt sur les sociétés est (dans la pratique) de 0 % en Estonie, on comprend que le nivellement par le bas a, là encore, de beaux jours devant lui.
Comment, là encore, compenser cette baisse, si ce n’est en augmentant les taux de la TVA ?

L’ISF

L’ISF sera transformé en « Impôt sur la Fortune Immobilière » et épargnera donc tous les détenteurs de valeurs mobilières (actions, obligations) ! Grâce à Macron, non seulement les actionnaires verront leurs dividendes augmenter mais, en plus, ils n’auront plus d’impôt à payer sur leur patrimoine mobilier.
Là encore, le mutisme de Macron sur la TVA a de quoi inquiéter : il faudra bien compenser le manque à gagner pour l’État.

Le prix de l’échec

L’échec de la politique de l’offre de François Hollande était à ce point patent qu’il ne lui a même pas permis de se représenter à la présidentielle : 1,3 million de demandeurs d’emplois supplémentaires depuis 2012, une dette publique en augmentation constante, de 86 à 95 % du PIB, entre le début et la fin du quinquennat, neuf millions de pauvres, une croissance limitée à 1 ou 1,1 %...
Les mêmes arbres produisent les mêmes fruits et la politique de l’offre d’Emmanuel Macron aurait les mêmes effets que celle de François Hollande. Ses effets seraient encore plus catastrophiques puisque la politique qu’il préconise serait encore plus dure pour le salariat que celle de Hollande. Tout cela ne pourrait que profiter au Front national dont le terreau se nourrit de la grande misère, physique et morale, provoquée par ces politiques au service du patronat et de la Finance.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par maya39 le Mer 15 Mar - 12:44

Lili a écrit:En même temps si la rentabilité était aussi bonne ça aurait des répercussions sur l'emploi et la vous en avez vu ?
oui , cela a des répercutions sur l'emploi , si vous ne les voyez pas , il faut consulté l'ophtalmo . Very Happy  de moins en moins d'emplois , pour limiter les dépenses . pour maintenir les marges , il n'y a que 2 choix , ou vendre plus , ce qui en ce moment , me parais plus qu'improbable , ou diminuer les dépenses , donc licencier .
avatar

maya39


Messages : 450
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 21 Mar - 15:37

L’adieu de Valls à la gauche…


La lecture de la tribune de Manuel Valls au JDD du 19 mars est instructive. C’est un pas de plus vers sa rupture avec la gauche et son histoire. Celle du front populaire, celle du programme commun ou de la gauche plurielle. Une rupture au nom de l’alliance des progressistes et des républicains.
La cohérence c’est ce qu’invoque Manuel Valls dans le JDD. La cohérence c’est sa politique au gouvernement : aides aux entreprises sans contrepartie, mise en cause du Code du travail, déchéance de nationalité et état d’urgence permanent, critiques contre Angela Merkel contre l’accueil trop nombreux de réfugiés. La cohérence c’est de soutenir Macron demain. La cohérence c’est de vouloir débaptiser le parti socialiste depuis longtemps, de rompre avec Épinay et de revenir aux errements de la SFIO, c’est trahir la promesse du socialisme, celle de répondre au monde du travail, au salariat. 
Demain cette cohérence ce sera d’appeler à un gouvernement des progressistes avec Macron, Bayrou et tous ceux de droite qui s’y reconnaîtront. Cette cohérence c’est celle de la grande coalition pour imposer des réformes anti sociales, limiter les dépenses publiques, refuser d’aller vers la sortie du nucléaire. Cette cohérence c’est de s’opposer de toutes ses forces à l’unité de la gauche sur un projet répondant aux urgences sociales, écologiques, démocratiques. 

Opposer le choix du rassemblement à gauche 

Ce diagnostic appelle des choix. Celui de construire l’alliance à gauche des écologistes, des socialistes, des communistes, des insoumis. Cette alliance ne nécessite pas l’accord complet sur tout un programme mais l’accord sur un socle de réponses aux attentes du salariat, de la jeunesse, des retraités. Tant dans les propositions de Hamon, de Jadot, de Mélenchon… ce socle existe.
Ce socle unitaire ouvre l’hypothèse d’un gouvernement Hamon, Jadot, Laurent, Mélenchon. C’est celui de la cohérence avec la majorité sociale.
Cette bataille pour l’unité, c’est une boussole pour les élections qui viennent présidentielles et législatives. C’est aussi la meilleure démarche pour que vive une gauche démocratique, sociale, écologiste qui réponde aux défis de notre temps.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 21 Mar - 15:41

Pas de soutien socialiste pour Macron


lundi 20 mars 2017 par Jacky Paris

 

Partager |
Le soutien de responsables socialistes à Macron créée des remous dans les fédérations socialistes. Nous reproduisons ici un texte de notre camarade Jacky Paris adressé aux militants de sa fédération (PS37) à propos des responsables socialistes qui soutiennent Macron. Dans la même veine, une pétition a été lancée sur change . org : « Pas de soutien socialiste pour Macron et ses candidats »

 La Haute Autorité des Primaires citoyennes avait enregistré les candidatures des seul-e-s candidat-e-s ayant accepté et signé une charte de règles communes avec une déclaration d’engagement pour chacun-e : « Je m’engage à soutenir publiquement le-la candidat-e qui sera désigné-e à l’issue des élections des Primaires citoyennes et à m’engager dans sa campagne. »
Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy, Manuel Valls avaient tous confirmé cet engagement solennel lors des débats télévisés précédant le 1er tour, puis le second pour ce qui est des deux finalistes.
Trahissant le serment pris devant les électeurs de gauche - 2 045 343 le 29 janvier -, deux d’entre eux ont refusé d’apporter leur soutien à Benoît Hamon :
 François de Rugy rejoignait Emmanuel Macron le 22 février, considérant sans doute que le label En Marche ! était pour lui plus porteur que celui du PS pour conserver son mandat de député de Loire-Atlantique.
 Manuel Valls, qui déclarait au soir de sa nette défaite (41,3%) : « Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique », reniait pourtant le 14 mars la parole donnée : « Je ne peux pas apporter mon parrainage à Benoît Hamon ». Mobilisé dès aujourd’hui par son projet de « construction d’une maison commune de toutes les forces progressistes » avancé dès octobre 2014, il s’applique maintenant à jeter le discrédit sur la candidature socialiste avant d’entreprendre la liquidation du PS.
Comment pourrions-nous alors accepter d’être représentés aux élections législatives de juin prochain par cet homme sans honneur ?
 Les statuts du Parti socialiste précisent en l’article 1.2.3 - Loyauté au parti :
« Les adhérents du parti […] ne peuvent appartenir à un autre parti, ou groupe politique relevant directement ou indirectement d’un parti autre que le Parti socialiste. Ils s’engagent à ne soutenir que les seuls candidats à des fonctions électives qui sont effectivement investis ou soutenus par le Parti socialiste ».
La candidature à l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron, sur sa posture de rassembleur « ni à gauche ni à droite » qui rejetterait les clivages partisans, suscite dans nos rangs chez les adhérents sensibles à sa démarche, deux types d’approche :
- Une adhésion de conviction.
Nationalement quelques parlementaires dits réformateurs s’en réclament.
Dans notre fédération, ce fut initialement le positionnement de Philippe Chalumeau ; membre du Bureau fédéral et secrétaire de la section de Tours-centre, il eut rapidement la décence de démissionner du PS.
C’est la raison invoquée aussi par Jean-Jacques Filleul, sénateur, et par Christian Gatard, maire, pour justifier leur parrainage à un candidat qui n’est pas le nôtre.
Ces camarades n’ont plus leur place dans notre parti et doivent en être exclus.

Il en va de même pour les membres du Bureau fédéral qui ont rejoint En Marche !
- La nécessité ou le prétexte du vote utile.
C’est l’alibi de nombre de « personnalités » de la droite du parti, les adeptes libéraux des « réformes sans tabous » liquidant progressivement les conquêtes sociales de la gauche. Habitués au confort de la majorité ventre-mou du PS depuis des décennies, ils - elles - récusent la candidature de Benoît Hamon, incarnant une ligne de gauche tournée vers un avenir de progrès qu’ils exècrent, bien que très largement reconnue par notre électorat.
Les Le Roux, Le Guen, Le Foll et autres seconds couteaux attendent sans doute quelques jours encore pour lâcher leurs coups contre notre candidat et tenter, par ces gages de tueurs, de survivre avec Macron. Mais n’est pas Le Drian qui veut : d’autres donnent dans l’attentisme, obsédés par le passage obligé de leur réélection pour tenter de retrouver les ors de la République, leur véritable moteur. Ceux-là, comme Marisol Touraine (son supplétif n’a pas donné son parrainage à Benoît Hamon), rêvent d’additionner les contraires, à savoir les votes Hamon et Macron ; ils commettent une lourde erreur politique parce que l’électorat de gauche qui a sèchement signifié aux gouvernements de François Hollande à toutes les échéances électorales intermédiaires ce qu’il ne supportait plus, saura en mai - juin 2017 reconnaître les siens.
La question que nous devons nous poser est simple : tous ceux-là sont-ils encore des nôtres ?
Car Macron, le plan B qu’ils privilégient, est le candidat du « système » que nous combattons : médias dominants, élite technocratique, Medef et milieux d’affaires qu’il a servis tant auprès du président que dans son ministère, par sa fidélité aux dogmes de la commission européenne, avec la libéralisation de l’économie et l’ubérisation du travail, la loi El Khomri et l’inversion des normes dont il fut l’inspirateur.
Ses déclarations multiples en attestent : « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre… » ; « Bien souvent, la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. » ; « La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler » ; « Le statut de la fonction publique qui garantit l’emploi à vie se justifie-t-il ? » ; « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires. » ; « Le libéralisme est une valeur de gauche » ; « les jeunes doivent avoir envie de devenir milliardaires » ; « Les britanniques ont de la chance d’avoir eu Margaret Thatcher » ; « Le chômage de masse en France, c’est parce que les travailleurs sont trop protégés » ; « Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d’accord. » ; « Je n’aime pas ce terme de modèle social. »
Tout est dit ! Monsieur Macron soutenu sur son « flanc gauche » par Collomb, Kouchner, Bergé, Attali, Delanoë, Huchon, Hue, Cohn Bendit et sur son « aile droite » par Bayrou, Arthuis, Minc, Cavada sans oublier le renfort de Madelin et de Mme Parisot, décidément, les fondations de la maison commune chère à Valls sont posées. Gloire au prédicateur qui va y psalmodier pour sa « démonstration d’envie »
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 21 Mar - 15:51

Macron, Fillon et Le Pen

L’indépendance syndicale en ligne de mire

lundi 20 mars 2017 par Jean-Jacques Chavigné

 

Partager |
La crise du capitalisme s’approfondit. La financiarisation de l’économie devait lui permettre de trouver une issue : la crise bancaire de 2007-2008 a mis à mal cette perspective. La baisse brutale de la croissance des « émergents » fait capoter l’éventualité que ces pays puissent servir de débouchés à la production des firmes transnationales. Avec le Brexit et l’élection de Trump, la concurrence s’exacerbe entre les principales économies mondiales.
Dans une telle situation, les grands groupes français n’ont pas d’autres solutions, pour préserver leurs taux de profits, que de s’attaquer brutalement à l’indépendance des syndicats. Chacun des candidats, d’extrême droite ou de droite (François Fillon et Emmanuel Macron) offre, pour y parvenir, ses services à la classe dominante.

Emmanuel Macron affirme sa volonté d’imposer « un syndicalisme moins politique »

Il précise que les syndicats, s’ils peuvent être compétents dans l’entreprise ou dans la branche n’ont « pas à se substituer aux détenteurs de l’intérêt général ». Il affirme que les syndicats ont « une représentativité indue au niveau national ».
Emmanuel Macron ignore sans doute qu’il existe, depuis plus d’un siècle, des confédérations syndicales dans notre pays et que leur objet ne se limite pas à l’entreprise et à la branche.
Il ignore sans doute qu’une démocratie exige des contre-pouvoirs et que des lois comme la loi El Khomri ou la loi portant le doux nom de Macron, ne sont pas des lois d’intérêt général, mais des lois dictées par la Finance et le Medef, des lois que le gouvernement a été obligé d’imposer au moyen du 49.3, parce qu’il n’avait pas de majorité à l’Assemblée nationale pour les voter.
Même Michel Noblecourt (proche de la direction de la CFDT) s’indigne dans Le Monde du 10 mars. Il condamne « la rupture » de Macron avec « la démocratie sociale » de François Hollande et rappelle que la loi reconnaît les « missions d’intérêt général » des organisations syndicales.

François Fillon propose d’« instaurer la liberté de candidature au 1er tour des élections professionnelles »

Aujourd’hui un syndicat ne peut pas présenter de candidat au 1er tour des élections professionnelles s’il n’est pas reconnu comme un syndicat indépendant du patronat.
C’est cette obligation, confirmée par la jurisprudence de la Cour de Cassation, que François Fillon veut supprimer, afin de favoriser la floraison de syndicats patronaux dans les entreprises, en particulier les TPE-PME. Un complément parfait à la loi El Khomri qui fait de l’entreprise le lieu où s’écrira l’essentiel du Code du travail. Le lieu où les salariés sont les plus fragiles, les plus soumis au chantage à l’emploi.
La « liberté » pour Fillon, comme pour tous les néolibéraux, est la liberté du renard dans le poulailler.

Marine Le Pen propose d’« instaurer une véritable liberté syndicale par la suppression de la représentativité »

C’est la même proposition que François Fillon, mais les conséquences du 10e engagement de la candidate frontiste seraient d’une autre portée.
Le Front national, au milieu des années 1990, avait essayé de créer des syndicats à la RATP, dans l’Administration pénitentiaire, dans la Police, dans l’Éducation nationale, dans la Presse et avait créé une Coordination française nationale des travailleurs. Heureusement, ces organisations pseudo-syndicales ont été invalidées par les tribunaux.
Le FN n’a pas baissé les bras pour autant. Aux élections prud’homales de 1998, un pseudopode du Front national, la CFNT, obtenait une moyenne de 5,91 % des voix dans les 34 départements où elle avait présenté des candidats. En mars 2011, le Front national annonçait la création d’un Cercle national de défense des travailleurs syndiqués pour « faire face aux exclusions dont sont victimes les militants du FN ».
Le 10e engagement de Marine Le Pen, en changeant la législation et donc la jurisprudence, pourrait permettre de créer partout, dans les entreprises, les branches, au niveau national, des syndicats d’obédience Front national.
Il n’est pas difficile d’imaginer quelle division cela signifierait pour le salariat (surtout après une victoire de Marine Le Pen !) et comment le Medef verrait balayés tous les obstacles à sa politique d’exploitation de plus en plus violente. Ce n’est pas, vraiment, un hasard si le Medef vient, pour la première fois, d’accepter de rencontrer la candidate du FN à l’élection présidentielle.
Tous les militants syndicaux et leurs organisations doivent comprendre et faire connaître le danger que représentent ces trois candidats pour toute forme d’indépendance syndicale.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par maya39 le Mar 21 Mar - 15:56

c'est clair qu'avec ces trois là , on est pas près de toucher le tiercé ! Very Happy
avatar

maya39


Messages : 450
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mar 28 Mar - 19:27

Unité pour changer, unité pour gagner

Intervention de Gérard Filoche au rassemblement du 25 mars à Paris


Nous en sommes tous sûrs et certains : maintenant, les deux candidats de gauche, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon, s’interrogent, matin, midi et soir, sur l’opportunité de se mettre d’accord pour un programme commun de gouvernement, pour un gouvernement commun, pour une majorité commune à l’Assemblée nationale.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas d’autre voie pour gagner. Et parce que ne pas le faire, c’est la voie pour perdre.

Nous, Démocratie & Socialisme, composante de la gauche socialiste et du soutien à la campagne de Benoit Hamon, depuis le début, nous militons de toutes nos forces, dans le sens d’un candidat commun et nous avons pris toutes les initiatives unitaires possibles, pour que cela aboutisse dès le 29 janvier : nous avons participé à rassembler 150 000 signatures sur plusieurs pétitions que nous sommes en train d’unifier et de relancer, des dizaines de points de rassemblements unitaires dans tout le pays, les 4 mars, les 11 mars, et aujourd’hui nous voilà pour la troisième fois réunis plus nombreux, place de la République, à Paris. Avec de grandes personnalités morales et des intellectuels qui ont pris position en ce sens, les appels politiques à l’unité se multiplient, 

Certains ont pensé que les campagnes et les sondages trancheraient, et que l’un des candidats se détacherait nettement. À quatre semaines de l’élection, ce n’est pas le cas !

Il apparaît même le contraire : depuis qu’il y a eu une rencontre Hamon-Mélenchon sans qu’il en sorte un accord, les deux candidats stagnent. Soit les électeurs se disent toujours hésitants, soit ils refusent de choisir et de se mobiliser, soit ils vont voir ailleurs, et cherchent, par dépit, n’importe quelle apparence de paravent à Le Pen ou Fillon.

Avec un accord, des sondages ont donné entre 26,5 % et 31,5 % des voix au candidat commun. La gauche serait en tête et gagnerait.

Certes, des deux côtés, des sectaires, comme toujours, y sont opposés, mais avec l’unité nous perdrons 50 000 voix des deux camps, mais nous gagnerons d’un seul coup 2 à 3 millions d’électeurs qui n’attendent que cela. Dans un cas comme cela, un + un, ça fait quatre, cinq ou six ! 
Ce serait un coup de théâtre, comme il y en a eu beaucoup dans cette campagne, mais ce serait le coup de théâtre décisif qui nous placerait en tête dès le 23 avril et nous ferait gagner le 7 mai.
J’ai écouté comme vous, la semaine dernière, les deux excellents orateurs que sont Jean-Luc Mélenchon, ici place de la République, et Benoit Hamon à côté, à Bercy. 80 ou 90 % de ce qu’ils disent permet un programme commun. Ils sont d’accord à 80 %. Il faut retenir ce qui unit et écarter ce qui divise. Comme ils l’ont fait au Portugal, comme peut-être, demain, ils vont le faire en Allemagne. C’est une question de méthode, et de volonté.
Retenir 8 ou 10 grandes mesures qui permettent de réorienter la France, de redistribuer les richesses, de faire reculer les inégalités sociales, de reconstruire le droit du travail, de faire la transformation écologique nécessaire, de marcher vers une VIe République.
Il faut se mettre au travail avec une volonté de réussir, en 72 h, et parvenir à un accord global. Personne ne doit se soumettre à personne, personne ne doit céder devant personne, personne ne doit avoir raison contre personne : l’accord global doit permettre à chaque candidat, à toutes les familles et sensibilités de la gauche, de s’y retrouver pleinement et d’obtenir le respect et les garanties nécessaires. L’accord global doit avoir trois volets : le programme, la composition du gouvernement, la formation d’une majorité au Parlement. 
Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon sont tous deux pour la VIe République et contre le pouvoir personnel : il est donc possible de trouver les modalités de fonctionnement d’un ticket Président-Premier ministre.
Il doit aussi être possible d’avoir ensuite une majorité et un partage des circonscriptions et des candidats labellisés en soutien au gouvernement et au programme. Accord de fond, partage des tâches, respect des composantes, majorité de combat : c’est à notre portée, si Benoit Hamon et Jean-Luc Melenchon le décident.
Nous sommes ici, et nombreux, partout, pour le leur dire : c’est urgent, c’est nécessaire. Jamais la gauche n’a gagné sans unité, sans additionner ses voix, sans rassembler toutes ses forces. Nous ne voulons pas du trio des candidats du fric, Le Pen, Fillon, Macron, ni de leur politique qui serait terrible contre les plus faibles. 
Nous voulons une véritable politique de gauche, pour le salariat, pour ceux qui produisent les richesses et n’en reçoivent pas la part qu’ils méritent. Nous voulons éviter le désastre les 23 avril et le 7 mai. Nous voulons que la gauche gagne ! Nous voulons la victoire, car elle est possible, à portée de main dès qu’il y a unité Hamon, Jadot, Laurent Mélenchon.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Mig le Mer 5 Avr - 14:16

                                                                                                    Affronter Macron !

La bataille contre Macron est une bataille indispensable. Nous proposons trois courts textes ci-dessous permettant d’alimenter les réseaux sociaux, de rédiger des tracts pour démystifier la candidature Macron. 

Macron-Estrosi : rien de bon ne peut sortir de cet attelage !

La rencontre de Macron et Estrosi n’est pas qu’une entrevue entre un président de région et un candidat en déplacement dans cette même région. Emmanuel Macron veut illustrer par là son orientation politique. Pour lui la voie à prendre, c’est celle d’une grande coalition droite-gauche. Pas toute la droite et pas la gauche bien entendu.
Mais une coalition pour imposer des contre-réformes.

  • Il s’agit de casser encore plus le droit du travail présenté comme une contrainte et d’attaquer l’indépendance des organisations syndicales.
  • Il s’agit de casser le système de retraite en laissant à chacun-e la « possibilité » de travailler plus pour avoir plus de points (alors que 60 % des salariés du privé ne sont plus au travail quand ils prennent leur retraite : ils sont au chômage, en maladie ou en invalidité) . Il s’agit d’ouvrir le marché des retraites aux assureurs. Il s’agit de casser les régimes plus avantageux conquis dans la Fonction publique et plusieurs secteurs. Il s’agit de décharger les patrons de la responsabilité de l’assurance chômage.
  • Il s’agit d’abîmer un peu plus les services publics en réduisant le nombre de fonctionnaires.

Ce projet doit être combattu !

Macron ? Quelle majorité ?

Avec Fillon, on aurait une majorité LR/UDI. C’est cohérent. Les électeurs amplifieraient le vote de la présidentielle. Avec un seul candidat de gauche, nous pourrions avoir, en surmontant la division, une majorité de gauche. Il faudrait une plateforme commune, des candidats labellisés.
Avec Macron, on aurait également une majorité de droite. Macron formerait un gouvernement de coalition soutenu par En Marche !, par le libéral Madelin, par le centriste Bayrou, par Valls et Le Drian qui ont rompu avec la gauche. Ce gouvernement n'aura guère de difficulté à trouver le renfort de LR et de l'UDI lorsqu'il voudra faire voter toutes les attaques que Macron a programmées contre le salariat et qui constituent l’épine dorsale de son programme.

Macron, rempart contre Le Pen et le FN ?

Le danger Le Pen est certain. Le minimiser serait une erreur. Les affaires qui minent la campagne Fillon peuvent amplifier le vote Le Pen et le bilan du quinquennat contribue à ce vote « pour essayer autre chose ».
Macron n’est pas le rempart qu’on veut bien nous présenter. Son libéralisme économique peut certes lui amener des électeurs de droite. Mais pour la droite de la Manif pour tous, de Sens commun, Macron est trop libéral sur les questions de société, ce qui pourrait amener, d’après certains sondages, 40 % de l’électorat de Fillon à voter Le Pen au deuxième tour. 
Présenter Macron comme un bouclier anti-Le Pen relève d’un habillage pour masquer un accord avec ses thèses libérales et la perspective de la grande coalition de droite. Installer Macron, c’est prendre le risque de mettre en place un gouvernement qui mènera une politique de chômage, de précarisation, de croissance des inégalités qui, demain, nourrira encore plus le vote Le Pen.
avatar

Mig
Admin


Messages : 1648
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/12/2016

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Caïman13 le Mer 5 Avr - 16:08

Moi il y a une chose qui m'est restée en travers de la gorge, c'est l'accusation portée par Macron alors qu'il se trouvait en Algérie contre la France qui se serait rendue coupable de "crimes contre l'humanité" ! Pour un type qui se présente aux élections présidentielles, il y à quelque chose d'inadmissible !
avatar

Caïman13


Messages : 226
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Filoche

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum