Aïe, les médias ont bobo : les bonnes nouvelles s’empilent depuis la victoire de Trump

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aïe, les médias ont bobo : les bonnes nouvelles s’empilent depuis la victoire de Trump

Message par Invité le Ven 30 Déc - 11:58

Bon vous allez peut être dire certains ,la source c'est Dreuz info d'un ton suspicieux et alors !!!!!!ils ne valent pas moins que nos médias "gouvernementaux "

***********************************


Aïe, les médias ont bobo : les bonnes nouvelles s’empilent depuis la victoire de Trump

La compagnie de téléphone Sprint vient d’annoncer qu’elle rapatrie 5 000 emplois aux Etats-Unis, a tweeté Donald Trump.

(Trump a annoncé qu’il n’arrêtera pas de tweeter durant sa présidence afin de court-circuiter les « oublis » et mensonges des médias – oui, il n’y a pas que chez vous que les médias traditionnels mentent)

50 000 emplois aux Etats-Unis, comme une « première étape » de sa marque de confiance envers Trump


  • Presque au même moment, la société OneWeb, qui développe une solution internet abordable par satellite, a annoncé qu’elle crée 3 000 postes nouveaux pour se développer, car elle pense que Donald Trump va rétablir un environnement favorable à l’emploi, à l’entreprise, et à l’innovation (pendant la campagne, Donald Trump a affirmé que près de 70 % des réglementations fédérales qui encadrent les entreprises, véritable muraille de tracasseries administratives, « pourraient disparaître »)

  • Fin novembre, le patron de SoftBank a déclaré qu’il va investir 50 milliards de dollars et créer 50 000 emplois aux Etats-Unis, comme une « première étape » de sa marque de confiance envers Trump.

  • Le géant IBM a révélé il y a 10 jours avoir décidé de créer 25 000 emplois aux Etats-Unis durant les 4 ans de la présidence de Trump, et investir 1 milliard de dollars dans le développement salarial et la formation du personnel. Pour l’année 2017, 6 000 emplois ont été programmés par IBM après la victoire de Trump.

  • Du côté de la bourse de New York, l’optimisme des petits actionnaires et la confiance en Donald Trump ont propulsé le Dow Jones à son plus haut niveau, flirtant avec la barre très symbolique des 20 000 points.

  • Et bien sûr, personne n’a oublié la non-disparition de plus de 1 100 emplois dans l’usine Carrier qui a renoncé à partir au Mexique, et le maintien par Ford de la fabrication de son SUV de luxe sur le sol américain.



Notons également, que l’indice de confiance de ménages pour décembre a fait un bond à 113,7 points, son plus haut niveau depuis plus de 15 ans !
Les ventes de Noël ont fait un bond géant de 3,6 à 4 % à presque mille milliards de dollars.
Le site Politico, traditionnellement démocrate et anti-Trump, a dévoilé hier que :
« Les économistes disent que Donald Trump a raison de s’attribuer le bénéfice de la hausse de confiance des consommateurs à ce niveau le plus élevé depuis 15 ans, car les Américains voient l’avenir en rose concernant la création d’emploi, la croissance des entreprises et la bourse. »
Mark Vitner, chef économiste à la banque Wells Fargo cité par Politico, affirme qu’« Il y a énormément d’espoir [dans la population] que les choses vont changer dans la bonne direction. » 
Barack Obama n’a rien fait de positif pour l’économie en 8 ans — il est le premier président à ne pas avoir réussi une seule fois durant sa présidence à atteindre une croissance de 3 %. Les signaux ont tourné au rouge concernant l’Obamacare lorsqu’en octobre on apprenait que les primes d’assurance santé allaient faire un bond jusqu’à + 114 % alors qu’Obama avait promis que son programme serait bien plus abordable que les systèmes existants.
Aucun journaliste sérieux, dans la presse américaine, n’a osé attribuer la récente et soudaine éclaircie à Obama et n’a osé affirmer que pendant ses dernières semaines, il aurait opéré un renversement de l’économie. Les médias démocrates ont tous eu cette honnêteté — à part ceux qui se situent très à gauche — de reconnaître que la politique économique Obama a été néfaste et a pénalisé les classes moyennes.
En revanche, Obama n’est pas resté les bras croisés à ne rien faire :

  • Il a relâché par anticipation des centaines de membres de gangs et de dealers de drogue des pénitenciers d’Amérique,

  • Il a assisté, incapable de prendre la moindre mesure pour l’enrayer parce que ce n’était pas des blancs qui tuaient des noirs, à une explosion de violence sans précédent de sa ville de Chicago, où durant le week-end de Noël le plus meurtrier, plus de 60 noirs, y compris des enfants, ont été blessés par balle lors de règlements de compte entre gangs rivaux et 11 ont trouvé la mort, alors que Chicago possède une des législations contre le port d’arme les plus strictes des Etats-Unis,

  • Il a également préparé un petit cadeau pour Trump (et pour les Américains) : il a fait écraser le programme de surveillance des islamistes établi sous Bush, et fait effacer la liste d’environ 93 000 immigrants musulmans surveillés pour leurs penchants terroristes.

  • Et il a laissé voter à l’ONU une résolution anti-israélienne et favorable aux ennemis des Etats-Unis. Aux gens de mauvaise foi qui affirment que la résolution n’est pas anti-israélienne, une seule réponse suffit : elle a été applaudie par le Hamas.



Mais je vous dis tout cela, vous l’avez déjà entendu sur France 2 et France Inter, et lu dans Le Monde et l’Express.
Ah non ? Je ne vois qu’une explication : un oubli.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
avatar

Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum