Sans les politiques et sans les syndicats

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Ven 30 Nov - 10:41

Angèle a écrit:
Mig a écrit:
Angèle a écrit:On ne reverra ça sans doute jamais. Des citoyens d'horizons très différents, d'accord sur un ras-le-bol général et généralisé. Les politiques et les syndicats doivent se tenir à l'écart : directement ou indirectement, ils sont à l'origine ou ont participé. 
Je comprendrais qu'un chef d'entreprise n'ait pas envie de défiler pour la CGT et une augmentation du SMIC qui ne constituerait qu'une fuite en avant si dans le même temps, on ne fait pas tout pour arrêter, voire annuler, les augmentations sauvages des dépenses contraintes. 
Et bien faut ça "en même temps " augmentation du smic et arrêter, voire annuler les augmentations ..mais je suis sûr que dans certains gilets jaunes ils ne seraient pas d'accord avec ça  Wink demandons à Edouard Leclerc, une petite augmentation du smic, ou non.. pour ses caissières ?   Wink

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Mig le Ven 30 Nov - 10:53

Salut fangio ...te revoilà ?  Very Happy
avatar
Mig
Admin

Dans le meilleur des forums depuis le : 11/12/2016
Messages : 12314

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Ven 30 Nov - 10:56

un ptit coup ! Very Happy  je suis en vacances ! Very Happy

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Mig le Ven 30 Nov - 10:58

fangio a écrit:un ptit coup ! Very Happy  je suis en vacances ! Very Happy
Ah ces patrons ..toujours en vacances  Very Happy
avatar
Mig
Admin

Dans le meilleur des forums depuis le : 11/12/2016
Messages : 12314

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Ven 30 Nov - 11:05

chacun a ce qu'il mérite ! rigole

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Invité le Ven 30 Nov - 13:10

fangio a écrit:
Angèle a écrit:
Mig a écrit:
Et bien faut ça "en même temps " augmentation du smic et arrêter, voire annuler les augmentations ..mais je suis sûr que dans certains gilets jaunes ils ne seraient pas d'accord avec ça  Wink demandons à Edouard Leclerc, une petite augmentation du smic, ou non.. pour ses caissières ?   Wink

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”

Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Mig le Ven 30 Nov - 13:13

Angèle a écrit:
fangio a écrit:
Angèle a écrit:
Mig a écrit:
Et bien faut ça "en même temps " augmentation du smic et arrêter, voire annuler les augmentations ..mais je suis sûr que dans certains gilets jaunes ils ne seraient pas d'accord avec ça  Wink demandons à Edouard Leclerc, une petite augmentation du smic, ou non.. pour ses caissières ?   Wink

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”



Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
Oh la la oui c'est trop haut le smic ..et on imagine ..ceux qui sont payés plus que le smic ...alors là ..pauvre patron  Wink
avatar
Mig
Admin

Dans le meilleur des forums depuis le : 11/12/2016
Messages : 12314

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Invité le Ven 30 Nov - 13:22

Mig a écrit:
Angèle a écrit:
fangio a écrit:
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”





Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
Oh la la oui c'est trop haut le smic ..et on imagine ..ceux qui sont payés plus que le smic ...alors là ..pauvre patron  Wink


Sur un smic, les charges sont très réduites. Au-delà du smic, les charges sont beaucoup plus lourdes. Je te laisse imaginer ce que ça deviendrait en cas de smic à 1.800€...
Je crois que tu te moques quand tu dis "pauvre patron", mais dans la vraie vie, tous les salariés ne sont pas des pros et des saints et tous les patrons ne sont pas des salauds.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Mig le Ven 30 Nov - 13:33

Angèle a écrit:
Mig a écrit:
Angèle a écrit:
fangio a écrit:
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”









Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
Oh la la oui c'est trop haut le smic ..et on imagine ..ceux qui sont payés plus que le smic ...alors là ..pauvre patron  Wink


Sur un smic, les charges sont très réduites. Au-delà du smic, les charges sont beaucoup plus lourdes. Je te laisse imaginer ce que ça deviendrait en cas de smic à 1.800€...
Je crois que tu te moques quand tu dis "pauvre patron", mais dans la vraie vie, tous les salariés ne sont pas des pros et des saints et tous les patrons ne sont pas des salauds.
C'est justement ce que je dis ..alors plus que le smic et en plus ..des charges plus lourdes ...t'imagines ? ou alors refait un calcul pour ceux qui sont payés plus que le smic  Wink
avatar
Mig
Admin

Dans le meilleur des forums depuis le : 11/12/2016
Messages : 12314

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par melu le Ven 30 Nov - 13:48

Angèle a écrit:
fangio a écrit:
Angèle a écrit:

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”



Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.

Angèle. .tu crois qu' un smicard peut vivre avec 1150 euros par mois?  Je conçois que pour les patrons de petites entreprises  une augmentation de leurs employés puisse poser un problème, mais la solution donnée par Fangio ( que je salue au passage) me semble intéressante

Tiens,je viens  de lire que l'état pompe près de 50% de la richesse produite dans notre pays..il y a de quoi faire en redistribuant cet argent autrement qu'en faisant des cadeaux aux plus riches pour soi- disant éviter  qu'ils s'en aillent. .
avatar
melu


Dans le meilleur des forums depuis le : 13/09/2018
Messages : 754
Localisation : ailleurs toujours

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Mig le Ven 30 Nov - 13:52

Moi je me demande combien un patron gagnerait sans les smicards  Wink plus ou moins  ?
avatar
Mig
Admin

Dans le meilleur des forums depuis le : 11/12/2016
Messages : 12314

http://forum-moins.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Ornela le Ven 30 Nov - 14:34

fangio a écrit:
Angèle a écrit:
Mig a écrit:
Et bien faut ça "en même temps " augmentation du smic et arrêter, voire annuler les augmentations ..mais je suis sûr que dans certains gilets jaunes ils ne seraient pas d'accord avec ça  Wink demandons à Edouard Leclerc, une petite augmentation du smic, ou non.. pour ses caissières ?   Wink

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Et voilà une des vérités
avatar
Ornela

Dans le meilleur des forums depuis le : 26/07/2018
Messages : 805

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Ornela le Ven 30 Nov - 14:38

Mig a écrit:
Angèle a écrit:
fangio a écrit:
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”









Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
Oh la la oui c'est trop haut le smic ..et on imagine ..ceux qui sont payés plus que le smic ...alors là ..pauvre patron  Wink

Le jour, ou l'Establishment, ou (et) le pouvoir constituant, accepteront n'est pas demain, (1)
cela n'a jamais existé, depuis que je suis née
Le mal être vient de partout et de là,
Quand à ceux qui représentent notre pays, ils ne veulent pas le faire savoir, ils n'en ont pas le droit, donc ils prennent " les coups"
Ils sont par ailleurs " positionnés " et en place  " pour se faire"   ... " bon pour valoir ce que de droit"

Tout État, n'est qu'une Entreprise au final le reste ce sont eux (1) et L’Europe
avatar
Ornela

Dans le meilleur des forums depuis le : 26/07/2018
Messages : 805

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Ven 30 Nov - 14:47

Angèle a écrit:
fangio a écrit:
Angèle a écrit:

Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que ça donnerait si on passait le smic à 1.800,00€. Ça reviendrait à plus de 2.500€ par mois à l'employeur (et encore si on parle de 1.800 brut). T'imagines combien de baguettes le boulanger doit vendre avant de pouvoir gagner sa vie ? IL faut être réaliste.
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”





Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
tu ne tiens pas compte du pouvoir d'achat qui augmente , les petits salaires dépense tout . donc , ces augmentations reviennent directement dans les entreprises ; le cout est donc dérisoire . tout comme le RSA et autres allocations , qui participe pour total a l'économie directe . ( c'est pour cela que l'on accepte de vous les donner . Wink )

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Invité le Ven 30 Nov - 20:23

fangio a écrit:
Angèle a écrit:
fangio a écrit:
l'augmentation du SMIC serait facilement compensable par une baisse des charges équivalente . on pourrait prendre ces charges sur le bénéfice (avant payement des dividendes  Wink ) . en plus d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs , on redonnerait de la compétitivité a nos entreprises .

Coucou, Fangio !!!! Tu vas bien ?? Tu as envoyé les abeilles en colo ?  Very Happy


1.800€ net, ça ferait une augmentation de plus de 30%. Un smic actuellement coûte 1.600 Euros (net + cotisations salariales+cotisations patronales) à l'entreprise. Même en déduisant toutes les cotisations salariales et patronales, l'entreprise serait encore moins compétitive. 
Après, il faut bien se dire que ce ne sera pas à notre boulanger qu'on pourra prendre les dividendes... 


Calcul d’un salaire au SMIC “chargé”







Au 01/01/2018, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 498,47 €.
Le SMIC mensuel net (base 35 heures) est de : 1 148,96 €.
Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €.
Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) s’élève à 6 % du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit – 105 €
Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1588,47 € à l’entreprise.
tu ne tiens pas compte du pouvoir d'achat qui augmente , les petits salaires dépense tout . donc , ces augmentations reviennent directement dans les entreprises ; le cout est donc dérisoire . tout comme le RSA et autres allocations , qui participe pour total a l'économie directe . ( c'est pour cela que l'on accepte de vous les donner . Wink )


Non, non. Le salaire médian est actuellement à moins de 1.800€. Si tu mets le smic à 1.800€, le salaire médian passe à 2.400€. Ce qui veut dire que tous les salaires devront augmenter dans les mêmes proportions si tu ne veux pas voir le chef de chantier moins bien payé que son manœuvre. Et là, imagine les milliards qu'il faudrait tirer à tes actionnaires. 
Quand bien même ils seraient assez nombreux pour que ton système ne les dépouille pas complètement, dis-toi bien que les chefs d'entreprise augmenteront leurs prix de telle sorte qu'ils pourront continuer à intéresser leurs actionnaires et les conserver. Et donc, retour à la case départ avec un pouvoir d'achat au ras des pâquerettes mais dans un chaos inflationniste jamais vu. 
Il me paraît plus réaliste d'obliger le gouvernement à réduire drastiquement ses dépenses et à baisser d'autant les taxes et impôts.


P.S. : à 1.800€ de revenus, tu n'as plus aucune aide sociale, tu paies tout plein pot.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Ven 30 Nov - 21:13

déjà au SMIC , les aides ... bien sur il faut augmenter les autres aussi , mais pas aussi fort . ce serait pratiquement indolore . bon je rejoins mon rond point; a plus .

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par ancien le Ven 30 Nov - 23:05

Long oui mais il va falloir prendre une décision rapide, car les gens , vont en avoir assez des blocages et risquent de faire volte face
avatar
ancien

Dans le meilleur des forums depuis le : 14/10/2018
Messages : 511

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Alpha le Sam 1 Déc - 5:31

Le langage outrancier utilisé au sujet des salaires depuis de trop nombreuses années, fait que l'on parle de "charges patronales" et de "cotisations " pour les salariés.

Je rappelle qu'il n'y a pas de charges patronales mais du "salaire différé" mis dans un pot commun (Sécu, caisse de retraite, chômage).

Chacun paye en fonction de son salaire et utilise en fonction de ses besoins.

Doit-on aussi rappeler que les "charges patronales sont quasi inexistantes sur les bas salaires comme le SMIC.
Les patrons ont tellement pleurer sur "leurs charges sociales énormes" qu'ils en ont été quasiment exonérés.

Je rappelle également qu'en 1968, le SMIG de l'époque avait été augmenté de 30%. Les patrons pleuraient toutes les larmes de crocodiles de leur corp en prétendant que cela ferait fermer nos entreprises, qu'ils n'y arriveraient plus, j'en passe et des meilleurs.

Que croyez vous qu'il se passa???
avatar
Alpha

Dans le meilleur des forums depuis le : 05/07/2018
Messages : 2102
Age : 68
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Sam 1 Déc - 7:51

charges patronales ou salariales , c'est kif kif , c'est le même porte monnaies , la sueur des travailleurs .

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Invité le Sam 1 Déc - 7:59

Comparons ce qui est comparable. 


En mai 1968, les aides sociales étaient des plus restreintes. Des allocations logement réservées aux familles avec enfants, pas de prime à l'activité, pas de mutuelle, pas d'allocations mères isolées, etc etc.... En cinquante ans, les aides sociales ont doublé. Et ça, ce n'est pas du salaire différé, ce sont des revenus immédiats. 
En 1968, on comptait deux fois plus de travailleurs indépendants (donc pas concernés par le smic) qu'aujourd'hui.  
Et enfin, en 68, il n'y avait souvent qu'un salaire par famille, les femmes étant seulement une sur deux à travailler contre 90% aujourd'hui. 
Bref, en 1968, l'augmentation de 30% du smic était largement plus justifiée qu'aujourd'hui et concernait beaucoup moins de salariés. Bien que je ne sois pas sûre que les 30% aient été appliqués uniformément et tout de suite. En revanche, les prix à la consommation ont explosé de telle sorte que le gain en pouvoir d'achat a été lourdement miné. 

https://www.alternatives-economiques.fr/etat-providence-une-france-tres-sociale-1968/00084674

1968-2018 
État-providence : une France pas très sociale en 1968

GUILLAUME DUVAL29/05/2018



L’année 1968 est censée marquer l’apogée d’une époque bénie - les Trente Glorieuses -, caractérisée par le plein-emploi et une forte intervention publique dans l’économie. Elle a été suivie depuis le début des années 1980 d’une longue période caractérisée par la volonté dominante chez les dirigeants politiques de déréguler l’économie et le social et de faire reculer l’action publique.
Pourtant, si on observe l’évolution des dépenses publiques liées aux prestations sociales, on se rend compte que leur poids dans le produit intérieur brut (PIB) a presque doublé en cinquante ans, passant de 12,3 points de PIB à 24 points. A hauteur de 15,5 points sous forme monétaire et de 8,4 en nature, c’est-à-dire sous forme de services publics non payants (notamment les hôpitaux publics). Les prestations en nature se sont développées un peu plus vite que les prestations monétaires sur les cinquante dernières années.


1968-2018 : deux fois plus de prestations sociales en cinquante ans


Part des prestations sociales dans le PIB, en %

*Services publics non payants, notamment les hôpitaux publics
Source : Insee
 

Les dépenses de santé prises en charge par les systèmes obligatoires (Sécurité sociale et assurances complémentaires) ont ainsi plus que doublé, passant de 3,9 points de PIB en 1968 à 8,7 points en 2016. Même si l’accès aux soins s’est développé, cela ne s’est pas vraiment traduit par une amélioration de la couverture collective des dépenses de santé : ce taux a peu varié en cinquante ans. Cela s’explique surtout par le fort développement des maladies chroniques, liées à la dégradation de l’environnement et de l’alimentation, et par la hausse importante des coûts de la santé, associés à une technicisation croissante, dans un contexte de vieillissement de la population.


1968-2018 : l’explosion des dépenses de santé


Dépenses de santé, en % du PIB (dont : systèmes obligatoires)

Source : OCDE



De même, l’âge minimal de départ en retraite était de 65 ans en 1968, alors que l’espérance de vie à la naissance n’était encore que de 68 ans pour les hommes (contre 79 ans aujourd’hui) et 75 ans pour les femmes (contre 85 actuellement). Tandis que la faible présence des femmes dans l’emploi rémunéré il y a cinquante ans privait la plupart d’entre elles du droit à une retraite, même s’il existait déjà un minimum vieillesse (institué en 1956). Ce qui limitait évidemment fortement les dépenses publiques au titre de la vieillesse. Enfin, avec 2,6 % de chômeurs seulement, les dépenses d’assurance chômage étaient, elles aussi, très réduites. Bref, en réalité, la France était encore nettement plus éloignée du « modèle scandinave » en 1968 qu’aujourd’hui.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Sam 1 Déc - 8:03

bien sur , ce n'est pas comparable . par contre ce qu'il l'est , c'est la part du produit qui est réservé a la rémunération du travail . Wink

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Invité le Sam 1 Déc - 8:16

fangio a écrit:bien sur , ce n'est pas comparable . par contre ce qu'il l'est , c'est la part du produit qui est réservé a la rémunération du travail . Wink

Oui, difficile de la déterminer. Mais en principe, les charges de personnel représentent environ 40% du chiffre d'affaires. C'est énorme. 
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par fangio le Sam 1 Déc - 8:24

oui mais charges du travail comprises , cette part a diminué de façon vertigineuse ( entre 15 et 50 points selon les sources ) . et dans le même temps , la part des plus riches a elle augmentée  dans les mêmes proportions .

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

l'apiculteur aime l'essaim volumineux .
avatar
fangio


Dans le meilleur des forums depuis le : 26/01/2018
Messages : 2012
Age : 55
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Alpha le Sam 1 Déc - 8:45

Angèle a écrit:Comparons ce qui est comparable. 


En mai 1968, les aides sociales étaient des plus restreintes. Des allocations logement réservées aux familles avec enfants, pas de prime à l'activité, pas de mutuelle, pas d'allocations mères isolées, etc etc.... En cinquante ans, les aides sociales ont doublé. Et ça, ce n'est pas du salaire différé, ce sont des revenus immédiats. 
En 1968, on comptait deux fois plus de travailleurs indépendants (donc pas concernés par le smic) qu'aujourd'hui.  
Et enfin, en 68, il n'y avait souvent qu'un salaire par famille, les femmes étant seulement une sur deux à travailler contre 90% aujourd'hui. 
Bref, en 1968, l'augmentation de 30% du smic était largement plus justifiée qu'aujourd'hui et concernait beaucoup moins de salariés. Bien que je ne sois pas sûre que les 30% aient été appliqués uniformément et tout de suite. En revanche, les prix à la consommation ont explosé de telle sorte que le gain en pouvoir d'achat a été lourdement miné. 

https://www.alternatives-economiques.fr/etat-providence-une-france-tres-sociale-1968/00084674

1968-2018 
État-providence : une France pas très sociale en 1968

GUILLAUME DUVAL29/05/2018



L’année 1968 est censée marquer l’apogée d’une époque bénie - les Trente Glorieuses -, caractérisée par le plein-emploi et une forte intervention publique dans l’économie. Elle a été suivie depuis le début des années 1980 d’une longue période caractérisée par la volonté dominante chez les dirigeants politiques de déréguler l’économie et le social et de faire reculer l’action publique.
Pourtant, si on observe l’évolution des dépenses publiques liées aux prestations sociales, on se rend compte que leur poids dans le produit intérieur brut (PIB) a presque doublé en cinquante ans, passant de 12,3 points de PIB à 24 points. A hauteur de 15,5 points sous forme monétaire et de 8,4 en nature, c’est-à-dire sous forme de services publics non payants (notamment les hôpitaux publics). Les prestations en nature se sont développées un peu plus vite que les prestations monétaires sur les cinquante dernières années.


1968-2018 : deux fois plus de prestations sociales en cinquante ans




Part des prestations sociales dans le PIB, en %

*Services publics non payants, notamment les hôpitaux publics
Source : Insee
 

Les dépenses de santé prises en charge par les systèmes obligatoires (Sécurité sociale et assurances complémentaires) ont ainsi plus que doublé, passant de 3,9 points de PIB en 1968 à 8,7 points en 2016. Même si l’accès aux soins s’est développé, cela ne s’est pas vraiment traduit par une amélioration de la couverture collective des dépenses de santé : ce taux a peu varié en cinquante ans. Cela s’explique surtout par le fort développement des maladies chroniques, liées à la dégradation de l’environnement et de l’alimentation, et par la hausse importante des coûts de la santé, associés à une technicisation croissante, dans un contexte de vieillissement de la population.


1968-2018 : l’explosion des dépenses de santé




Dépenses de santé, en % du PIB (dont : systèmes obligatoires)

Source : OCDE



De même, l’âge minimal de départ en retraite était de 65 ans en 1968, alors que l’espérance de vie à la naissance n’était encore que de 68 ans pour les hommes (contre 79 ans aujourd’hui) et 75 ans pour les femmes (contre 85 actuellement). Tandis que la faible présence des femmes dans l’emploi rémunéré il y a cinquante ans privait la plupart d’entre elles du droit à une retraite, même s’il existait déjà un minimum vieillesse (institué en 1956). Ce qui limitait évidemment fortement les dépenses publiques au titre de la vieillesse. Enfin, avec 2,6 % de chômeurs seulement, les dépenses d’assurance chômage étaient, elles aussi, très réduites. Bref, en réalité, la France était encore nettement plus éloignée du « modèle scandinave » en 1968 qu’aujourd’hui.
Souhaites tu noyer le poisson???

Tu parts des "charges patronales" pour en arriver aux prestations sociales en passant par les dépenses de santé.

Perso, j'ai du mal à te suivre, il faut de mon point de vue prendre les choses une à une, sans les mélanger, surtout quand elles n'ont aucun rapport entre elles.
avatar
Alpha

Dans le meilleur des forums depuis le : 05/07/2018
Messages : 2102
Age : 68
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Alpha le Sam 1 Déc - 8:47

fangio a écrit:charges patronales ou salariales , c'est kif kif , c'est le même porte monnaies , la sueur des travailleurs .
Non, ce n'est pas kif kif, les charges patronales ne sont pas des charges mais du salaire différé.

Il faut remonter à l'origine de la création de la sécu pour savoir de quoi nous parlons.
avatar
Alpha

Dans le meilleur des forums depuis le : 05/07/2018
Messages : 2102
Age : 68
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Alpha le Sam 1 Déc - 8:48

Angèle a écrit:
fangio a écrit:bien sur , ce n'est pas comparable . par contre ce qu'il l'est , c'est la part du produit qui est réservé a la rémunération du travail . Wink

Oui, difficile de la déterminer. Mais en principe, les charges de personnel représentent environ 40% du chiffre d'affaires. C'est énorme. 
C'est ENORME!!! à quand le retour de l'esclavage non de dieu!!!
avatar
Alpha

Dans le meilleur des forums depuis le : 05/07/2018
Messages : 2102
Age : 68
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les politiques et sans les syndicats

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum