A l'époque, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie avait dénoncé le retour d'une "ultra-gauche violente" en France.