Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Message par Maréaction le Dim 4 Fév - 11:53

Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé
L'italien Fincantieri a annoncé vendredi avoir signé l'accord définitif qui lui permet de devenir propriétaire à hauteur de 50 % du chantier naval français.
SOURCE AFP
Publié le 02/02/2018 
Fincantieri est désormais l'heureux propriétaire de 50 % du capital de STX France. Le constructeur italien a annoncé vendredi dans un communiqué avoir signé l'accord définitif du rachat du chantier naval de Saint-Nazaire. « Fincantieri Spa annonce avoir signé aujourd'hui avec l'État français, représenté par l'Agence des participations de l'État (APE), l'accord de rachat », est-il possible de lire dans le communiqué du groupe. Jeudi, Bruno Le Maire avait fait savoir que la signature de cet accord final était imminente. « Il a fallu surmonter quelques difficultés pour parvenir à cet accord entre STX et Fincantieri (...) et je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui à Rome que l'accord définitif sera signé dans les prochains jours », avait ainsi affirmé le ministre français de l'Économie devant la presse depuis Rome.
Paris et Rome ont connu l'an dernier un net refroidissement dans leurs relations après la nationalisation du chantier naval STX alors qu'un accord de vente avait été trouvé par le précédent gouvernement français avec l'italien Fincantieri. Après des semaines de tension, les deux gouvernements étaient finalement parvenus l'an dernier à trouver un accord. Aux termes de ce dernier, le chantier italien aura finalement la majorité du capital de STX, mais l'État français gardera une minorité de blocage. Fincantieri précise dans son communiqué la future répartition du capital de STX France : le groupe italien détiendra 50 % des actions tandis que 1 % supplémentaire lui sera prêté par APE.

Rapprochement du naval civil et militaire

L'APE détiendra 34,34 % du capital (dont 1 % prêté à Fincantieri), Naval Group 10 %, les employés de STX France 2,4 % et des entreprises locales 3,26 %. Le conseil d'administration comprendra 8 membres, dont 4 nommés par Fincantieri, y compris le président et l'administrateur délégué, 2 nommés par l'État français, un nommé par Naval Group et le dernier nommé par les employés. Fincantieri précise qu'il devra débourser 59,7 millions d'euros pour conclure l'opération. « La parfaite complémentarité des activités de croisière et des produits de Fincantieri et STX France permettra aux deux entreprises de servir tous les clients et marchés, créant de la valeur non seulement pour les actionnaires mais aussi pour les employés et les réseaux de fournisseurs », se félicite le groupe italien.
Bruno Le Maire et sa collègue de la Défense, Florence Parly, avaient rencontré jeudi leurs homologues italiens pour discuter de l'avancement de ce projet de rapprochement qui vise, outre le naval civil, également le volet militaire. La ministre des Armées avait pour sa part rappelé qu'« il reste beaucoup de travail à faire » dans le rapprochement du secteur naval militaire. "Mais nous avons pu constater l'importance des progrès qui ont été réalisés en quelques semaines", a-t-elle dit, ajoutant : "Nous sommes en train de donner naissance à un champion mondial de la construction navale dans le domaine militaire."
Concrètement, les deux capitales envisagent de collaborer autour de leurs programmes nationaux respectifs et, notamment pour la France, du remplacement des pétroliers ravitailleurs de la marine à l'horizon 2020. L'Italie a déjà lancé la production d'un pétrolier ravitailleur, et la France s'appuiera sur ce design italien pour faire construire ses propres bâtiments à Saint-Nazaire. Les autres domaines concernent l'exportation, afin de bénéficier de l'empreinte internationale de chaque groupe et éviter une concurrence fratricide, ou la recherche, avec des synergies autour des batteries au lithium, l'optimisation de la consommation des navires, l'architecture électrique...

_________________
Certains considèrent le chef d'entreprise comme un loup que l'on devrait abattre
D'autres pensent que c'est une vache que l'on peut traire sans arrêt
Peu voit en lui l'homme qui tire le char
Winson Churchil
MAREACTION
avatar

Maréaction


Messages : 1190
Réputation : 11
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 74

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Message par Maréaction le Dim 4 Fév - 13:32

Cela fait râler de voir ces fleurons partir partiellement à l'étranger, mais si les Italiens n'avaient pas investi, la boite fermait! ce qui est malheureux c'est qu'aucun industriel Français ou banque ne l'ai fait!

_________________
Certains considèrent le chef d'entreprise comme un loup que l'on devrait abattre
D'autres pensent que c'est une vache que l'on peut traire sans arrêt
Peu voit en lui l'homme qui tire le char
Winson Churchil
MAREACTION
avatar

Maréaction


Messages : 1190
Réputation : 11
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 74

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Message par fangio le Dim 4 Fév - 13:39

c'est pour cela qu'il faut revoir complétement , le financement de nos entreprises ! on marche sur la tête !
avatar

fangio


Messages : 606
Réputation : 15
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 54
Localisation : franche comté

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Message par Maréaction le Dim 4 Fév - 14:04

fangio a écrit:c'est pour cela qu'il faut revoir complétement , le financement de nos entreprises ! on marche sur la tête !
Là l'état vient de s'engager pour 1 an avec la fameuse société qui ne trouve pas de repreneur, 


Aciérie de Saint-Saulve: Etat et collectivités préparent l'avenir
AFP
Publié le 02/02/2018 à 19:17 | AFP
http://www.lepoint.fr/economie/acierie-de-saint-saulve-etat-et-collectivites-preparent-l-avenir-02-02-2018-2191794_28.php
Un fonds de 12 millions d'euros va être mis en place par l'Etat, la région Hauts de France et les entreprises clientes de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) pour financer un plan social si aucun repreneur n'est trouvé d'ici un an.
L'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, qui appartenait au groupe Ascométal en liquidation judiciaire, ne figure pas dans le périmètre de reprise par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach choisi cette semaine par le tribunal de Strasbourg.
Mardi, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait annoncé un accord pour maintenir l'activité du site pendant un an et ses modalités ont été précisées vendredi à l'issue d'une réunion avec les parties prenantes.
Le ministre a expliqué qu'un accord avait été conclu sur un engagement de commandes des industriels - le groupe suisse et le français Vallourec actionnaire à 40 % de l'aciérie - à un prix permettant d'assurer une activité rentable durant un an du site, qui emploie 300 personnes.

Les salariés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve manifestent en brûlant des pneux, le 21 janvier 2018 ©️ FRANCOIS LO PRESTI AFP/Archives


Vendredi après-midi, un vote a eu lieu sur ce site: "94 % des salariés ont approuvé ce plan et voté pour la reprise, le travail reprendra donc lundi matin après une semaine d'arrêt", a indiqué à l'AFP Nacim Bardi, délégué CGT d'Ascoval.
Pour répondre aux inquiétudes des salariés qui avaient cessé le travail, un fonds est en outre mis en place pour venir en soutien si un repreneur n'était pas trouvé d'ici un an.
Ce financement se compose de 12 millions pour un plan social et de 2 millions de primes d'activités.
Ce financement "garantira aux salariés que si jamais les choses se passent mal dans un délai au-delà d'un an, il y aura les fonds disponibles pour financer un plan social dans les meilleures conditions", a dit Bruno Le Maire.
"Le fonds, c'est si demain ça tourne mal. La prime d'activité, c'est pour essayer que ça aille mieux", a résumé Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France. Cette prime récompenserait les efforts de productivité.
Dans la répartition du financement, 5 millions du côté de l'Etat sous la forme de baisses de charges, 3,5 millions par chacune des deux entreprises et un apport de 2 millions de la région Hauts-de-France pour une prime d'activité, selon Bercy.
Ancien propriétaire du site de Saint-Saulve, Vallourec en avait cédé à la fin 2016 une majorité à Ascométal, tout en restant en co-entreprise.

Trouver un repreneur

Mais la priorité de l'Etat est de trouver un repreneur.

L'aciérie Ascometal d'Hagondange (Moselle)le 28 mai 2014 ©️ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN AFP/Archives


"Notre perspective, c'est la pérennité du site d'Ascoval à Saint-Saulve. C'est de trouver un repreneur", a dit le ministre.
"Chacun sait que ce sera difficile. Chacun sait que le marché de l'acier aujourd'hui est compliqué", a reconnu Bruno Le Maire. "Il y a des pistes (...) Nous allons y travailler, les faire étudier, entrer en contact".
Xavier Bertrand s'est montré prudent. "On a des repreneurs qui sont venus aujourd'hui frapper à notre porte. Je veux savoir si c'est du sérieux", a-t-il prévenu, car les salariés ont été "baladés depuis tant d'années (...) qu'il ne faut pas leur raconter d'histoires".
Mais "si demain il y a un repreneur, la région sera prête à investir au-delà de la prime d'activité", a-t-il promis.
Du côté des salariés, Nacim Bardi, s'est dit "globalement assez satisfait de l'accord" et juge que l'engagement de l'Etat est "un bon signal". "Inciter les salariés à reprendre le travail, c'était ça l'objectif", a-t-il dit.
"La prime d'activité, c'est un PSE sécurisé plus une incitation à la production", a-t-il estimé.
Au-delà du cas Ascoval, le représentant syndical s'interroge sur les perspectives de la filière aciérie électrique en France.
"Les grands pays industriels comme l'Allemagne, la Chine, l'Angleterre et les Etats-Unis estiment qu'il y a un avenir, mais pas la France", a-t-il observé. "Pourquoi les grandes puissances sont capables de garder leurs aciéries électriques et pas nous ?".
02/02/2018 19:16:42 -          Paris (AFP) -          ©️ 2018 AFP

_________________
Certains considèrent le chef d'entreprise comme un loup que l'on devrait abattre
D'autres pensent que c'est une vache que l'on peut traire sans arrêt
Peu voit en lui l'homme qui tire le char
Winson Churchil
MAREACTION
avatar

Maréaction


Messages : 1190
Réputation : 11
Date d'inscription : 31/12/2017
Age : 74

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantier naval : l'accord définitif du rachat de STX signé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum